2018-12-04
Un vent nouveau souffle sur le vignoble azerbaïdjanais

Bien avant la domination communiste du 20ème siècle et l’arrachage massif du vignoble dans les années 1980, l'Azerbaïdjan possédait déjà – dès le deuxième millénaire avant notre ère – l’une des industries viticoles les plus prospères qui soit. Au pied du Caucase, découverte de l’un des plus beaux vignobles que nous ayons visités, dans ce qui fut le berceau de la viticulture mondiale

L'Azerbaïdjan est un pays plein de surprises. Une destination dont nous ignorions tout avant de nous y rendre ; et que nous ne sommes pas prêts d'oublier, tant ses paysages sont beaux et son vignoble prometteur.

Mais il faut d’abord savoir situer le pays sur un planisphère, chose qui n’est pas forcément aisée, je le reconnais humblement. Ancienne république soviétique, l'Azerbaïdjan s'étend des chaînes montagneuses du Caucase à la mer Caspienne, traversant à la fois l'Europe et l'Asie. Le pays est entouré au Nord par la Géorgie et l’Ukraine, au sud par l’Iran et à l’ouest par l’Arménie.

Pour l’anecdote, le pays est riche en pétrole, avec un diesel à 0,35 centimes d’euro le litre à la pompe ; ce qui nous aura valu le plein de carburant le moins cher de l’histoire du projet pour notre camping-car

Arrivant depuis la Géorgie, nous roulons vers l’est sur de grands axes bitumés, fraîchement construits, en direction de la ville de Gabala, où nous devons visiter notre premier vignoble.

Fortement industrialisée et fonctionnant exclusivement sur un modèle de productivité et de rendement maximum sous le régime soviétique (exportant au passage ses vins vers la Russie, la Biélorussie et les pays de la Baltique), l'industrie du vin semble s’être modernisée et tournée vers la qualité depuis la chute du communisme et le rétablissement de l'indépendance de l'Azerbaïdjan en 1991


http://paris.mfa.gov.az/admin_Embassy/index.php?options=addnews