2017-01-20
Janvier Noir, une sombre journée de l'Histoire Reza

Une des plus grandes armées du monde avait capitulé après dix ans de combats devant des seigneurs de guerres afghans et de montagnes. Ce fut le signal du démantèlement du bloc de l’Est. Symboliquement, la première pierre du mur de Berlin avait été enlevée. En Azerbaïdjan, pays occupé depuis le 19ème siècle, un mouvement de révolte fut lancé contre le Kremlin. L’audace fut violemment sanctionnée par une entrée des chars russes dans la ville de Bakou et des tirs de mitraillettes la nuit du 19 au 20 janvier 1990 ainsi que le massacre de centaines de personnes. La ville était fermée aux journalistes. Caché pendant quarante-huit heures dans un train en provenance de Moscou, j’arrivai à Bakou. Je pus ainsi témoigner, parfois à travers la vitre de voitures banalisées, de la répression violente de cette tentative de rébellion.

Plus tard, l’œillet pourpre devint le symbole de cette nuit sanglante. La fleur est désormais utilisée lors de funérailles. Elle est posée sur les tombes en souvenir de ceux qui ont donné leur vie dans la lutte pour l’indépendance du pays.

Ephémères traces d'un passé douloureux, les fleurs au sol semblent rappeler les peuples à faire la paix avec leur histoire, afin de cheminer vers leur liberté.