2017-02-09
MAE azerbaïdjanais : La France devrait intensifier ses efforts dans la résolution du conflit du Karabakh
Le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Elmar Mammadyarov a rencontré la délégation conduite par Jean-Vincent Placé, Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre français, chargé de la Réforme de l’Etat et de la Simplification.
 
Les parties ont procédé à un échange de vues sur le niveau actuel des relations franco-azerbaïdjanaises et les moyens de développement de la coopération bilatérale.

Jean-Vincent Placé s’est félicité de sa première visite en Azerbaïdjan. Il a fait savoir que l’objectif de sa visite en Azerbaïdjan était de prendre connaissance du système de gouvernement électronique, du service opératif et transparent appliqué avec succès en Azerbaïdjan dans le cadre du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO).

Le chef de la diplomatie azerbaïdjanaise a donné des informations sur l’amélioration du gouvernement électronique dans le cadre du PGO, les mesures prises en Azerbaïdjan en matière de service public pour l’augmentation de la transparence. Il a parlé de l’activité fructueuse du modèle « Service ASAN » créé en Azerbaïdjan, soulignant que ce modèle suscitait un intérêt particulier dans certains pays.

Les parties ont souligné le développement de la coopération entre les deux pays dans tous les domaines, notamment en matière économique, énergétique et culturelle. L’accent a été mis sur les activités réussies des entreprises françaises en Azerbaïdjan, notamment celle de l’entreprise pétrolière Total.

Les parties se sont dites convaincues que l’ouverture de l’université franco-azerbaïdjanaise à Bakou contribuerait à élargir les liens culturels entre les deux pays.

Le ministre azerbaïdjanais a informé son interlocuteur sur la situation actuelle concernant le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh. Il a souligné l’importance de l’intensification des efforts par la France, en tant que pays coprésident du Groupe de Minsk de l’OSCE, dans le règlement de ce conflit.

Les discussions ont également porté sur d’autres questions d’intérêt commun.