2017-02-08
Succès populaire attendu à Bakou

Le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2017 devrait attirer plus de monde par rapport à l’édition précédente.

La première visite de la F1 dans les rues de Bakou coïncidait l’an dernier avec les 24 Heures du Mans, ce qui a provoqué un désintérêt de la part des fans ainsi que des médias.

Il n’y aura heureusement pas de clash cette année entre l’épreuve azérie et la classique mancelle, pour le plus grand bonheur de son promoteur Arif Rahimov.

"Cela nous fera du bien de recevoir plus de médias et de spectateurs en 2017, a admis Rahimov. Beaucoup de curieux sont venus à Bakou l’an dernier pour voir à quoi le Grand Prix ressemblait. Et le fait que les fans ne devront plus choisir entre l’Azerbaïdjan et Le Mans cette année nous réjouit. Les 24 heures sont très importantes aux yeux de la presse. Beaucoup de journalistes avaient dû faire un choix entre ces deux épreuves en 2016."

"Les consignes de Zeltweg en 2002 étaient une erreur"

"L’autre point positif est qu’il y aura deux semaines d’écart entre Montréal et Bakou, a-t-il ajouté. Cela nous laissera plus de temps pour être prêts, et travailler correctement avec les commissaires de la Formule 1 afin que le tracé ne rencontre aucun problème lors du week-end. L’an dernier, ce fut un cauchemar logistique à organiser l’épreuve dans un laps de temps aussi court."