2017-05-08
25 ans se sont écoulés depuis l'occupation de la ville de Choucha, le berceau historique de la culture de l'Azerbaïdjan, par les forces de l'armée de la République d'Arménie. Déclaration de la Maison de l'Azerbaïdjan à Paris

Déclaration de la Maison de l'Azerbaïdjan à Paris

25 ans se sont écoulés depuis l'occupation de la ville de Choucha, le berceau historique de la culture de l'Azerbaïdjan, par les forces de l'armée de la République d'Arménie. 
Riche en monuments historiques, Choucha a donné naissance à de nombreuses personnalités: écrivains, poètes, chanteurs connus pour leur voix exceptionnelle, qui ont introduit le patrimoine culturel de l'Azerbaïdjan dans le monde.

Dans les combats pour la défense de Choucha, 195 azerbaïdjanais ont été tués, plus de 165 ont été blessés et 68 ont été capturés et sont devenus des otages.
La politique d'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan a entraîné une violation flagrante des normes et principes du droit international et du droit de l'homme. 
24 900 personnes vivant dans la ville de Choucha avec une superficie de 300 km2, sont devenues des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays. Cependant, les résultats tragiques de cette agression ne sont pas limités uniquement à l'occupation des terres azerbaïdjanaises. Le musée historique de Choucha ayant cinq milliers d'objets exposés, la branche locale du musée d'Etat des tapis et des beaux-arts nationaux, les musées ethnographiques du Karabakh, ainsi que le palais de la célèbre poétesse azerbaïdjanaise Khurshudbanu Natavan, le château de Aghabeyim Aga, le Complexe de Khanat de Karabakh, la Madrasa d'Ibrahim Khalil khan, la mosquée de Juma, la grotte d'Azikh -un monument archéologique d'importance mondiale, d'autres centres culturels et des galeries d'art ont été détruites, pillées, les bibliothèques ont été brûlées.

La République d'Arménie continue sa politique d'agression et de destruction de l'héritage culturel de l'Azerbaïdjan

Nous, les azerbaïdjanais de France, appelons les organisations internationales afin de soutenir l'Azerbaïdjan pour le rétablissement de la justice, le retour des terres occupées, y compris Choucha, la restauration de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et des droits d'un million de réfugiés et de personnes déplacées, la libération des captifs et des otages.
 Nous espérons que toutes les organisations internationales reconnues et les défenseurs de la paix se joindront aux efforts de restauration de la paix et de la sécurité en Azerbaïdjan qui est une terre de tolérance, que la politique d'occupation durable contre l'Azerbaïdjan sera arrêtée, et que la condition nécessaire sera assurée pour un développement durable et une coopération dans la région du Sud du Caucase. Des opportunités réelles seront créées pour assurer les droits fondamentaux et les libertés fondamentales universellement reconnus de chaque personne sans discrimination fondée sur un motif quelconque.

Mirvari FATALIYEVA 
Présidente de la Maison de l'Azerbaïdjan à Paris