2017-05-12
Le talentueux pianiste Shahin Novrasli au festival Jazz à Saint-Germain-des-PrésLe talentueux pianiste Shahin Novrasli au festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés (Lefigaro.fr)

Le festival parisien, qui se tient du 11 au 22 mai, présente un beau plateau de talents reconnus et de découvertes, dont le très attendu pianiste originaire d'Azerbaïdjan Shahin Novrasli.

Source Figaroscope

Il y a des musiciens qui comme ça, par magie, s'affranchissent de la pesanteur et des contingences, des genres et des styles, transformant les notes en rivières au débit idéal coulant sous leurs doigts. Ceux qui dictent les modes et les tendances, bâtissent les tiroirs dans lesquels ils rêvent de classer le monde, restent rouges d'agacement de voir leurs visions doctrinaires ainsi malmenées.

À ce titre, le pianiste azéri Shahin Novrasli doit compter parmi leurs bêtes noires. Il a été, à l'instar de beaucoup de pianistes de jazz de sa génération, biberonné à l'école classique. C'est que la magie évoquée plus tôt n'existe pas sans les heures passées au dur apprentissage du solfège et de l'instrument.

Mais, bien qu'interprète de talent, cet esprit libre n'a pas voulu se contenter de jouer le meilleur des grands compositeurs en queue-de-pie et plastron. L'envie de trouver ses notes, de les laisser voler au gré du hasard, s'est imposée. L'ont pris le désir de la liberté, celui du risque, de l'improvisation, du jazz.

Son dernier albumEmanation(Village/Pias), est un trésor de fusion, festif et virtuose, où les inspirations orientales, classiques et jazz dessinent un patchwork d'une élégance particulièrement aboutie. «Quand j'écris ou que je joue, je ne pense ni au jazz ni à aucun style en particulier, précise le pianiste, ça doit juste être beau.» Lui qui, à 11 ans, était déjà sur scène avec un orchestre symphonique n'a pas perdu de vue cette ligne d'horizon des talentueux, définissant la musique comme la communication des âmes.

Maison des océans

Adoubé par le légendaire Ahmad Jamal, il est une des recrues dont les instigateurs de l'association Esprit Jazz, fondateurs du Festival jazz à Saint-Germain-des-Prés, Frédéric Charbaut et Donatienne Hantin, ne sont pas peu fiers. Pour Shahin Novrasli, ils ouvrent la belle salle historique de la Maison des océans, suivant leur principe de faire jouer les musiciens dans les lieux exceptionnels du quartier. «Je ne cache pas que c'est pour moi un des concerts les plus excitants de cette nouvelle édition, confie Frédéric Charbaut, d'autant que Shahin Novrasli a aussi un véritable talent pour s'entourer, James Camak, à la contrebasse, André Ceccarelli à la batterie et Erkle Koiava aux percussions.»

Les fondateurs du festival aiment aussi créer des rendez-vous exceptionnels que la liberté des musiciens de jazz autorise. Jazz à Saint-Germain-des-Prés ouvrira ainsi sur un trio inédit Airelle Besson, Vincent Ségal et Lionel Suarez (Le 11 mai). Il réunit le saxophoniste Stefano Di Battista, le trompettiste Flavio Boltro et la chanteuse Robin McKelle (le 17 mai), puis Hugh Coltman, Krystle Warren, Ben L'Oncle Soul et Eric Legnini (le 22 mai). Avishai Cohen, le trompettiste, Anne Ducros et un orchestre symphonique, Baptiste Trotignon en piano solo ou l'étonnant Jowee Omicil, trompettiste d'origine haïtienne, sont aussi à l'affiche, très éclectique, de cette édition.

Saint-Germain-des-Prés (Ve et VIe).