2017-06-21
Conférence sur les réfugiés et les personnes déplacées azerbaïdjanais au Sénat français (AzerTac.az)

Une conférence intitulée «Les conséquences des conflits oubliés pour l’Europe et la France : situation et perspectives des réfugiés et personnes déplacées internes de longue date : le cas de l’Azerbaïdjan» a eu lieu mercredi 21 juin au Sénat français.

La conférence a été organisée sous le patronage d’André Reichardt, président du groupe d’amitié France-Caucase au Sénat français, en partenariat avec l’Office de France du Cercle européen d’Azerbaïdjan, l’Institut Robert Schuman pour l’Europe et l’Association Paris-Île-de France de l’Institut des hautes études de défense nationale.

André Reichardt, président du groupe d’amitié France-Caucase au Sénat français, a d’abord évoqué ses rencontres avec les réfugiés et les personnes déplacées à Bakou et dans les régions lors de ses visites en Azerbaïdjan, a donné des informations sur leur situation. Ayant abordé la crise des réfugiés à laquelle l’Europe est confrontée aujourd’hui, André Reichardt a parlé des mesures prises par le gouvernement azerbaïdjanais pour l’amélioration des conditions de vie des réfugiés et des personnes déplacées.

Yamina Benguigui, l'ancienne ministre et présidente de l'Institut Robert Schuman pour l'Europe, et Édouard Detaille, président de l’Association Paris-Île-de France de l’Institut des hautes études de défense nationale, ont eux aussi jeté un coup d’œil sur la crise des réfugiés, ont indiqué l’importance de respecter la Convention de Genève relative au statut des réfugiés et les droits des réfugiés.

Eltchin Amirbayov, ambassadeur d’Azerbaïdjan en France, a fait savoir que le conflit du Haut-Karabagh n’avait pas été suffisamment couvert par les médias internationaux. Revenant sur l’histoire du conflit, le diplomate a parlé de l’occupation de 20% du territoire de l’Azerbaïdjan depuis plus de 25 ans, du génocide de Khodjaly, des résolutions à ce sujet adoptées par les organisations internationales, de l’activité du Groupe de Minsk de l’OSCE et de la position non constructive de l’Arménie. İl a porté à l’attention le lancement du programme du Grand retour visant les mesures prises par le gouvernement azerbaïdjanais pour améliorer les conditions sociales des réfugiés et des personnes déplacées, la création des conditions nécessaires pour les réfugiés lorsqu’ils retourneront sur leur terre natale.

Marie-Laetitia Gourdin, directrice de l’office de France du Cercle européen d’Azerbaïdjan, a noté que l’objectif de cette conférence qui coïncidait avec la Journée Mondiale des réfugiés était de faire connaître et reconnaître la situation des réfugiés et des personnes déplacées azerbaïdjanais, en attirant l’attention sur eux.

L’athlète français Pascal Gentil a parlé de ses amis sportifs azerbaïdjanais et des athlètes réfugiés juste après la projection du documentaire «Hors-jeu» dans lequel il s’agissait du club de Qarabagh Aghdam.

Samuel Carcanague, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), a porté à l’attention la position de l’Azerbaïdjan concernant le règlement pacifique du conflit et l’intérêt de l’Arménie de maintenir le statu quo.

Ayant ensuite pris la parole, Fouad Huseynov, vice-président du Comité en charge des réfugiés et des personnes déplacées, a détaillé la politique d’agression de l’Arménie. İl a souligné que les Arméniens avaient commis à plusieurs reprises des nettoyages ethniques contre le peuple azerbaïdjanais.

Le député du Milli Medjlis Rovchan Rzayev a pour sa part noté qu’il intervenait au nom des réfugiés et des personnes déplacées azerbaïdjanais. İl a cité des faits sur l’histoire de la politique d’agression de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan.

Rovchan Rzayev a ensuite indiqué la mise en place de la Plateforme pour la paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et l’invitation des représentants de la société civile arménienne à rejoindre cette initiative.

Puis, Bernard Fassier, ancien coprésident du Groupe de Minsk de l’OSCE, a partagé ses avis sur les conflits régionaux, y compris celui arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh.

Enfin, les participants de la conférence ont trouvé les réponses à leurs questions et ont été menées des discussions.

 

http://azertag.az/fr/xeber/france-1072515